Imprimer la fiche

Fiche d'information

NEULEPTIL®

(Propériciazine)

TERCIAN®

(Cyamémazine)

chez l’enfant

Antipsychotique
Famille : Neuroleptique conventionnel sédatif (phénothiazines)

Fiche signalétique
NEULEPTIL®

Dénomination Commune Internationale

Propériciazine

Classe thérapeutique

Antipsychotique
Famille : Neuroleptique conventionnel sédatif (phénothiazines)

Laboratoire

Sanofi-Aventis

Présentation
  • Solution buvable à 10 mg/ml (1 goutte = 0,25 mg)
  • Solution buvable à 40 mg/ml (1 goutte = 1 mg)

Fiche signalétique
TERCIAN®

Dénomination Commune Internationale

Cyamémazine

Classe thérapeutique

Antipsychotique
Famille : Neuroleptique conventionnel sédatif (phénothiazines)

Laboratoire

Sanofi-Aventis

Présentation
  • comprimé sécable à 25 mg bleu
  • comprimé sécable à 100 mg bleu
  • solution buvable à 40 mg/ml (1 goutte = 1 mg)

Conservation

Conserver votre médicament dans son étui et à l’abri de la lumière et de la chaleur.
Ne pas laisser à la portée des enfants.

Quel bénéfice attendre de ce médicament ?

Ces médicaments sont des neuroleptiques sédatifs. Ils ont une activité antipsychotique et sédative. Suivant la posologie, ils peuvent être utilisés pour leur action apaisante sur le psychisme, soulageant les angoisses ou les états d’agitation, d’agressivité et d’excitation. Administrés le soir au coucher ils améliorent les troubles du sommeil.

Par ailleurs, les troubles qui ont été diagnostiqués chez votre enfant sont des troubles complexes produisant des angoisses profondes et une souffrance psychique ou une vie imaginaire débordante, parfois même des hallucinations.

L’action de ce traitement peut permettre une atténuation de ces symptômes et de la souffrance qui les accompagne.


Le médicament est important car en régulant le fonctionnement neurobiologique il permet une amélioration de l’état psychologique de votre enfant. Cela va se traduire par un comportement plus adapté et une augmentation de ses performances.

Le médicament à lui seul n’est pas totalement suffisant pour un bon rétablissement. Il est nécessaire de poursuivre un accompagnement, en accord avec la prise en charge médicale.

Comment prendre votre medicament ?

Il doit être pris chaque jour, à heure régulière, en respectant les posologies prescrites sur l’ordonnance.

Vérifiez bien le dosage des comprimés ou la quantité de gouttes qu’a prescrit le médecin.

Les comprimés et les gouttes doivent être avalés avec un grand verre d’eau, en position assis ou debout.

Si votre enfant juge le goût des gouttes amer, vous pouvez rajouter quelques gouttes de sirop dans son verre d’eau.

Les gouttes sont comptées à l’aide de la pipette contenue dans la boîte en carton du médicament. Il est important de préparer un médicament avec son compte gouttes approprié, tenu verticalement.

Que faire en cas d’oubli d’une prise ?

Si le retard est de moins de deux heures prendre immédiatement le médicament.

Au-delà de deux heures, sauter la prise et prendre la quantité prescrite la fois suivante.

Ne doublez jamais les doses pour compenser l’oubli d’une prise.

Quels effets indésirables peuvent apparaître ?

Ces effets indésirables peuvent ne jamais apparaître et sont différents d’une personne à l’autre.
La grande majorité des effets indésirables ne sont pas graves. Certains régressent, dès les premières semaines du traitement. Il faut les connaître pour pouvoir les identifier ou les éviter et, dans tous les cas, en parler à votre médecin qui recherchera une solution pour les atténuer, voire les faire disparaître.

Effets Que dois-je faire ?
Somnolence, fatigue
(perception souvent plus intense dans l’heure qui suit la prise)
Parlez en au médecin
qui évaluera les doses et
leur répartition dans la journée.
Mouvements involontaires contractures musculaires, crampes, tremblements. (visage, bras ou jambes) Parlez en au médecin, pour adapter le traitement, voire corriger ces effets.
Bouche sèche Faites boire souvent un peu d’eau à votre enfant, sucer un glaçon, mâcher une gomme sans sucre.
Vaporiser un spray de salive artificielle.
Constipation Faites faire de l’activité physique à votre enfant, faites lui manger beaucoup de fruits crus, de légumes verts.
Faites lui boire suffisamment d’eau, en particulier le matin à jeun.
Prise de poids Faites faire de l’activité physique à votre enfant, faites lui manger beaucoup de fruits crus, de légumes verts.
Faites lui boire suffisamment d’eau, en particulier le matin à jeun.
Vertiges, étourdissements, malaises,
en se levant
Se lever lentement.
Si votre enfant est couché, faites le s’asseoir un moment avant de se lever.
Ceci n’est pas dangereux, mais faites vérifier sa tension artérielle.
Troubles de la vision :
vision floue, difficulté à lire
Parlez en à votre médecin.
 
Eruptions cutanées, démangeaisons Contactez rapidement votre médecin.

Cette fiche fait mention des effets indésirables les plus souvent rencontrés par les patients ; d’autres effets plus rares peuvent parfois apparaître ; Parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien.

Quelles précautions à observer ?

L’alcool
La prise d’alcool est néfaste chez l’enfant en toute circonstance, son foie n’est pas assez mature pour le transformer.

Les drogues
La consommation du cannabis et des autres drogues est délétère, notamment au niveau cérébral, chez un enfant en pleine croissance. Elle peut favoriser l’apparition définitive de maladies graves, de délires, d’idées suicidaires, ou favoriser un échec scolaire. Votre enfant ne doit pas en prendre.

Les médicaments
Ne donnez pas à votre enfant de médicaments non prescrits par votre médecin. Demandez l’avis de votre médecin ou pharmacien car ce médicament peut présenter des interactions avec d’autres médicaments courants.

Que surveiller pendant le traitement ?

Le poids
Certains neuroleptiques peuvent entraîner une prise de poids. Certains patients grossissent, d’autres pas.
Pour éviter une surcharge pondérale, il convient dès le début du traitement de surveiller régulièrement son alimentation, mais aussi régulièrement son poids (1fois/ semaine le 1er mois, puis mensuellement), d’éviter au maximum les sucreries, les boissons sucrées, les grignotages entre les repas ; il convient aussi de pratiquer une ou des activités physiques.
Une cassure de la courbe de poids sur le carnet de santé doit amener à consulter un Pédiatre. A titre préventif, une consultation diététique peut être conseillée.

Les dents
Faites-les surveiller régulièrement car ce médicament favorise l’apparition de caries. Votre enfant doit se laver les dents après chaque repas, et sinon, une fois par jour avant de se coucher.

La peau
En cas d’exposition au soleil, il faut protéger les parties découvertes du corps par une crème écran haute protection.

Les mouvements involontaires
Ils peuvent apparaître le plus souvent pour des doses trop élevées et nécessitent une réévaluation de posologie. Il s’agira de grands mouvements des bras ou du tronc, de fourmillements, de tremblements, de rigidité musculaire.

Les manifestations endocriniennes
L’apparition de troubles menstruels chez la jeune fille pubère et une légère croissance mammaire chez le jeune garçon sont fréquents mais sans gravité et sont susceptibles de régresser.

La croissance et la puberté
Les données dont on dispose montrent qu’il n’y a pas d’effet sur la croissance et la puberté.

Les signes d'alerte
Prévenir immédiatement votre médecin en cas d’apparition brutale de fièvre accompagnée de pâleur, rigidité musculaire ou accélération des battements du cœur.
Dans l’impossibilité de joindre un médecin, il est préférable d’arrêter la prise du traitement.

La régularité du traitement

La prise régulière du traitement conditionne son efficacité qui apparaît après quelques semaines. Vous pouvez préparer un semainier pour ne pas oublier de prendre votre traitement.
La poursuite du traitement est indispensable pour obtenir une stabilité psychique. Par contre, une interruption brutale du traitement vous expose à un mal-être (rebond d’angoisse, d’insomnie, contractures) dans les jours qui suivent et, à plus long terme, à une rechute.
L’arrêt du traitement doit toujours être décidé en accord avec votre médecin prescripteur.
Il doit être progressif sur plusieurs semaines.